Société vs Politique
Le monde arabe : Entre la pandémie de coronavirus et le fléau du populisme

COVID_19

©

Alors que la pandémie mondiale de coronavirus semble avoir placé le monde dans l'œil d'une tempête collective, avec plus de 120 000 décès confirmés, l'économie mondiale est entrée dans un état de stagnation et de contraction aiguë dans divers secteurs, ce qui laisse présager la pire crise économique depuis la Grande Dépression des années 1930.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s'attend à une baisse de la croissance de 0,5-0,9 % à 1,5 % cette année en raison d'une série d'événements causatifs cumulatifs, notamment la paralysie du secteur de la vente au détail, du commerce, des chaînes d'approvisionnement, de la production mondiale, des services, du tourisme, du transport maritime international, de l'industrie manufacturière, de l'exploitation minière et des investissements étrangers directs. Il s'ensuivra une forte baisse de la consommation, un affaiblissement de l'offre et la perte de millions d'emplois en raison des restrictions imposées par les gouvernements à leurs citoyens en matière de séjour à domicile, ce qui entraînera des pressions sociales insupportables qui menacent tout particulièrement les groupes les plus vulnérables.

Alors que l'attention internationale se concentre sur l'endiguement, cette crise s'étend à une vitesse record ; la plupart des experts estiment qu'elle n'en est qu'à ses débuts et que le pire est inévitablement à venir. Pourtant, de nombreuses voix arabes - ainsi que des voix occidentales - ont déjà déclaré le succès et la supériorité du modèle chinois, qui a réussi à contrôler relativement bien la pandémie, et du modèle cubain, qui a envoyé des colis d'aide et de nombreux médecins à certaines capitales occidentales épuisées par la réaction de l'économie de marché.

Ces victoires perçues alimentent les appels à la nationalisation des entreprises, notamment chez les commentateurs arabes, qui invoquent le caractère "inévitable" de la victoire de l'alternative socialiste et le retour à "l'état naturel" - la règle de la charia, l'autorité des mollahs, la théocratie et d'autres approches étatistes. Ces appels se sont répandus sur les sites web, dans les journaux et sur les réseaux sociaux à une vitesse comparable à celle de la propagation du coronavirus.

Dans ces circonstances, les sociétés arabes en particulier ont besoin d'une vigilance scientifique et académique afin d'éviter de perpétuer le vide analytique et critique qui, autrement, sera sans doute rempli d'idéologies fiables, de vérités établies et de références intellectuelles. Permettre à ces dernières de s'épanouir permettra d'exercer le rôle d'exécutant et de gardien du savoir sociétal qui a œuvré (volontairement ou de facto) pour légitimer (ou consacrer ou rétablir) l'étatisme et la tyrannie dans le résultat.

Dans ces circonstances, les sociétés arabes en particulier ont besoin d'une vigilance scientifique et académique afin d'éviter de perpétuer le vide analytique et critique qui, autrement, sera sans doute rempli d'idéologies fiables, de vérités établies et de références intellectuelles.

blue
Dr. Nouh El Harmouzi

Les chercheurs en psychologie comportementale nous mettent souvent en garde contre la propagation des biais cognitifs. La préoccupation la plus importante est celle du phénomène de biais de confirmation, qui nous fait avoir tendance à interpréter, à mémoriser et à sélectionner les informations d'une manière conforme à nos croyances, hypothèses et préférences tout en ignorant les informations contradictoires. Le biais de confirmation permet de formuler des souhaits qui nous amènent à formuler des croyances ou à prendre des décisions en fonction de nos désirs, au lieu de penser en fonction de preuves, de la raison ou de la réalité. Dans ce cas particulier, la réflexion fondée sur des preuves inclut la nécessité de rendre compte calmement du rôle attribué aux États et à l'économie de marché en période de crise.

Dire que la pandémie de coronavirus est la preuve de l'échec complet et total des systèmes intellectuels sur lesquels repose l'économie de marché - comme le soutiennent ces commentateurs - et appeler à son éradication et au triomphe des propositions étatistes, c'est jeter le bébé avec l'eau du bain. Il va sans dire que l'économie de marché est un système imparfait, avec ses avantages, ses défauts et ses limites. Cependant, de nombreux États arabes ont historiquement lutté contre la sur-application des tendances étatistes et le rejet de l'économie de marché.

À l'exception d'une poignée d'anarchistes utopiques, la plupart des économistes de marché insistent sur la nécessité d'une intervention de l'État afin de garantir la justice, l'égalité des individus devant la loi, les libertés, la protection des consommateurs et la concurrence ; d'aborder la question de l'asymétrie de l'information (sous ses deux aspects, la sélection adverse et le risque moral) et d'internaliser l'externalité ; et de fournir certains biens et services publics, tels que la sécurité.

Friedrich Hayek, l'un des plus grands penseurs de cette école, a appelé à la nécessité d'une intervention de l'État en cas d'épidémie dans le troisième volume de Law, Legislation, and Liberty, car la protection de la santé de l'individu est un bien public. Cette intervention va de soi étant donné la prévalence du chaos et de la panique qui paralysent les chaînes de production, réduisent la demande, et perturbent et déséquilibrent les mécanismes économiques, affaiblissant ainsi leur capacité à s'adapter rapidement aux demandes du marché (des biens de consommation aux vaccins, médicaments, services, etc.)

Dans notre tentative de diaboliser l'économie de marché en sous-estimant ses réalisations, nous ne devons pas oublier, en tant que société, que les progrès majeurs de l'humanité dans le domaine des communications, de l'informatique et des économies d'échelle dans la production de produits de base, de la médecine chimique et du génie génétique sont le résultat du dynamisme de l'économie de marché créative. C'est particulièrement vrai dans les crises sans précédent qui nécessitent des solutions rapides et innovantes. Le secteur privé possède une plus grande capacité de créativité, d'adaptation et d'innovation, surtout à moyen terme, avant que les technologies et les innovations ne soient complètement localisées par la suite. En effet, ceux qui cherchent actuellement à minimiser ces réalisations y auront certainement recours pour atténuer les effets de la pandémie.

Dans notre tentative de diaboliser l'économie de marché en sous-estimant ses réalisations, nous ne devons pas oublier, en tant que société, que les progrès majeurs de l'humanité dans le domaine des communications, de l'informatique et des économies d'échelle dans la production de produits de base, de la médecine chimique et du génie génétique sont le résultat du dynamisme de l'économie de marché créative. C'est particulièrement vrai dans les crises sans précédent qui nécessitent des solutions rapides et innovantes. Le secteur privé possède une plus grande capacité de créativité, d'adaptation et d'innovation, surtout à moyen terme, avant que les technologies et les innovations ne soient complètement localisées par la suite. En effet, ceux qui cherchent actuellement à minimiser ces réalisations y auront certainement recours pour atténuer les effets de la pandémie.

Pour que les politiques interventionnistes des pays réussissent à apporter une réponse rapide et efficace pour contenir des phénomènes extraordinaires à l'échelle de cette pandémie, ils doivent être préparés au plus haut niveau pour faire face aux événements exceptionnels connus sous le nom de "cygnes noirs". Dans son célèbre livre, The Black Swan, le statisticien Nassim Taleb décrit des phénomènes ou des événements dont la probabilité d'occurrence est si faible qu'ils sont imprévisibles ("événements rares" dans la théorie des probabilités), mais qui ont des conséquences graves, terribles, extraordinaires et de grande portée.  Il faut plutôt retenir que les structures de l'État ne doivent pas être gonflées ou rigides. Elles doivent plutôt être suffisamment souples et capables, sur le plan budgétaire, de faire face à des situations d'urgence "réelles" grâce à des excédents financiers ou à la possibilité de s'endetter. En outre, les législatures doivent être capables de s'adapter rapidement, de mobiliser et de déployer les capacités et les compétences de l'État dans l'adversité.

L'apparente disparité dans la gestion de la pandémie de coronavirus entre des pays comme la Corée du Sud et l'Allemagne d'une part, et la France, l'Italie et les États-Unis d'autre part, témoigne de l'importance de la discipline budgétaire et de la flexibilité bureaucratique. Selon l'OCDE, la Corée du Sud a enregistré un excédent budgétaire de 2,8 % et l'Allemagne de 1,9 % du PIB en 2018, ce qui a permis aux deux États de fournir et d'allouer des ressources au bon moment et au bon endroit.

En revanche, la France s'est enlisée dans un déficit budgétaire de 2,5 % du PIB en 2018. Bien qu'elle soit l'un des pays qui dépensent le plus dans le domaine de la santé, avec 11 % de son PIB, elle compte deux fois moins d'infirmières et de médecins que l'Allemagne, et les médecins et travailleurs de la santé français gagnent de 20 à 40 % de moins que leurs homologues allemands. De plus, le nombre de lits pour 1 000 personnes en France est deux à trois fois inférieur à celui de l'Allemagne ou de la Corée du Sud. Enfin, la France investit dans ses hôpitaux la moitié de ce que ces deux autres pays investissent dans les nouvelles techniques et l'intelligence artificielle.

Il semble donc évident que les problèmes et les difficultés de la France pour faire face à la pandémie ne découlent pas d'un manque de fonds publics. Malgré des dépenses publiques qui consomment 57 % de sa richesse annuelle, ses prélèvements obligatoires classiques (près de la moitié du PIB en 2018) et ses dépenses publiques élevées dans le secteur de la santé publique, la France est toujours accablée par un poids bureaucratique étouffant, ce qui explique ses énormes difficultés à adapter sa réponse à la pandémie par rapport à d'autres pays.

Comme l'explique Joseph Stiglitz dans son dernier livre, People, Power, and Profits : Progressive Capitalism for an Age of Discontent (2019), l'importance du capitalisme progressiste - qui laisse une grande place à l'initiative individuelle et concurrentielle dans le contexte d'un État démocratique encadré par la loi - est la meilleure chance pour l'humanité de résoudre ses problèmes économiques et politiques actuels.

Ces idées ont de réelles implications régionales sur la manière dont les États arabes peuvent se préparer au mieux à cette crise et aux crises futures. En attendant, étant donné la sensibilité du moment et les critiques qui leur sont actuellement adressées, les acteurs du secteur privé dans le monde arabe doivent prendre conscience de la nécessité - et même de l'avantage économique - de sacrifier les priorités normales et d'exercer un sens des responsabilités pour prévenir les pertes collectives, l'effondrement des États et la destruction de la cohésion de la société. De même, nos pays arabes, en dépit de leur fragilité économique, doivent également adopter un ensemble de mesures vitales et rapides, chacune adaptée aux besoins et aux capacités de chaque pays, pour limiter l'impact à long terme du virus.

Bien qu'il soit trop tôt pour tirer des conclusions concrètes dans le contexte de la nouvelle pandémie, un certain nombre de points détaillés peuvent néanmoins être soulevés. Tout d'abord, il est nécessaire d'accorder une importance égale à un secteur privé indépendant, compétitif et pionnier et à un État national agile, à la fois incitant et stimulant, doté d'institutions justes et fortes, car le secteur privé et le secteur public sont tous deux des leviers de croissance inclusive.

La deuxième conclusion concerne certains hommes politiques du monde arabe qui s'éloignent de la rhétorique populiste et évitent de se laisser prendre dans les cycles économiques politiques en reconnaissant que ces interventions ont des effets pervers et négatifs. Troisièmement et enfin, la société arabe doit reconnaître les conséquences des approches keynésiennes des économies étatistes, qui tiennent rarement compte de la gravité et des projections des conséquences économiques à long terme. En pratique, les générations futures de notre région hériteront des conséquences des décisions prises aujourd'hui ; en tant que telles, ces décisions ne doivent pas être prises à la légère.

Certains hommes politiques du monde arabe s'éloignent de la rhétorique populiste et évitent de se laisser prendre dans les cycles économiques politiques en reconnaissant que ces interventions ont des effets pervers et négatifs.

blue
Dr. Nouh El Harmouzi

About the Author

Nouh elharmouzi
Dr. Nouh El Harmouzi is the Director of the first Classical Liberal Think Tank created in the Arab World: The Arab Center for Scientific Research and Humane Studies, University Professor at Ibn Tofail University, Editor of the Arabic language news and analysis website, Minbar Al Hurriyya, and member of numerous NGOs in France and the MENA Region.