DIALOGUE POLITIQUE
Forum Ouest africain de la Jeunesse

L'Afrique de l'Ouest connait ces dernières années une recrudescence de coups d'État constitutionnels, militaires et une exacerbation de la conflictualité, dans un contexte de montée en puissance des activités terroristes dans la sous-région. Le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Côte d'Ivoire, le Nigeria, sont confrontés à des activités terroristes à leurs frontières ou sur leurs territoires.

Avec l'instabilité politique et institutionnelle, la propagation des fake news, le terrorisme et la violence extrême, les salaires de la sous-région sont, plus que jamais, exposés à l'insécurité. Cette nouvelle ère d'instabilité se présente clairement comme une menace réelle pour la population en général, et spécifiquement pour les jeunesses ouest-Africaines qui représentent plus de 60 % de la population.

Vous faites de leur fragilité sociale, les jeunes sont aujourd'hui la cible préférée des groupes armés guidés par le souci d'enforcer leurs effectifs. Il devient, des fois, indispensable de mener des réflexions en vue de la mise en place de mécanismes de réduction de l'impact de l'instabilité chronique sur les jeunesses ouest-africaines.

Ayant pris la juste mesure de cette situation d'incapacité, plus de 300 jeunes leaders issus de 13 pays de la CEDEAO ont pris part du 1er au 3 décembre 2022 au Forum Ouest africain de la Jeunesse initié par l'Institut de Formation Politique Amadou Gon Coulibaly (IFP AGC) avec l'appui technique et financier de la Fondation Friedrich Naumann.

« Jeunesse et menaces d’instabilités en Afrique de l’Ouest » était le thème de cette première édition qui visait à impliquer la jeunesse dans la lutte contre le terrorisme et les coups d’états. Ce forum visait par ailleurs à élaborer des stratégies de renforcement de la résilience des jeunesses ouest-africaines face aux menaces d’instabilité.

 « Les problématiques de la sécurité, du terrorisme, ainsi que celle de la montée du populisme dans la sous-région ouest-africaine, sont de plus en plus récurrentes. Elles constituent de véritables menaces pour la stabilité politique, institutionnelle, sociale et économique pour nos Etats », a déclaré le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique, Touré Mamadou.

Ces fléaux doivent, par conséquent, être pris en compte dans les stratégies des institutions et dans la lutte contre l’insécurité et l’instabilité des Etats, a soutenu le Directeur Afrique de l’Ouest de la Fondation, Dr. Jo Holden.

Ce forum des jeunes qui s’est tenu sur trois jours a été meublé de plusieurs panels et ateliers de formation.

En fin de travaux, les jeunes délégués et représentants les organisations politiques et mouvements de la société civile, ressortissants des États membres de la Communauté économique des États de l'Afrique l'Ouest (CEDEAO) ont produit le 3 décembre 2022, une importante déclaration en prenant l'engagement d'amplifier la voix des jeunes de l'Afrique de l'ouest et de travailler ensemble pour la promotion de la démocratie et de la stabilité dans la sous-région. Les jeunes ont également décidé de faire converger leurs efforts à travers la mise en place d'un réseau des jeunes africains pour la démocratie et la stabilité en Afrique de l'ouest.