Abidjan
Université Libre des Droits de l’Homme – Du 07 au 11 Septembre 2020

Côte d'Ivoire
Univerité des Droits de l'Homme
© FNF Westafrica

Le lundi 07 septembre 2020 s’est ouvert dans la salle de conférence du Conseil national des Droits de l'Homme (CNDH) avec l’appui de la Fondation Friedrich Naumann un atelier pour former les partis politiques ivoiriens sur les principes fondamentaux des droits de l'homme et la culture électorale sans violence.

Cette session de formation qui intervient à moins de deux mois de l'élection présidentielle ivoirienne, a réuni durant cinq jours (du 07 au 11 Septembre 2020), une cinquantaine de participants issus des partis politiques ivoiriens. « Cette session vise à former les acteurs politiques ivoiriens sur les principes fondamentaux des droits de l’homme et plus spécifiquement à sensibiliser les participants à la culture électorale sans violence» a expliqué dans une cérémonie d'ouverture, Namizata Sangaré, la présidente du CNDH.

Égrenant les objectifs de cette formation, Mme Sangaré  a ajouté qu'elle vise également à outiller les auditeurs à la documentation et au monitoring de cas de violation des droits de l’Homme en période électorale,  renforcer les capacités des acteurs politiques en matière de communication non violente en période électorale, mobiliser les acteurs à véhiculer des messages de paix et de respect des droits de l’homme en période électorale et présenter les mécanismes et voies de recours en cas de contentieux électoral aux participants.

«Le CNDH voudrait, à travers le thème de cet atelier, mieux disposer les esprits de ces acteurs à un processus électoral apaisé, sans violence ni violation des droits de l’homme», a précisé la présidente du CNDH exhortant les acteurs politiques «à ne pas contribuer à entretenir les sources de conflits liés aux élections».

De son côté, Coulibaly-Kuibiert Ibrahime, le président de la Commission électorale indépendante (CEI) l'institution chargée d'organiser les élections en Côte d'Ivoire, a estimé que les élections ivoiriennes peuvent se tenir sans violence.

Il a encouragé les acteurs politiques à recourir aux voies légales pendant le processus électoral appelant les uns et les autres à avoir confiance en son institution.

« La violence n'a pas sa place dans le système démocratique », a soutenu M. Coulibaly assurant que «nous à la CEI, nous faisons tout pour apaiser les candidats et les électeurs ».

Cette session intensive de formation des acteurs politiques qui s'inscrit dans le cadre des « Universités de droits de l’homme » instituées par le CNDH est pour la Fondation Friedrich Naumann de de soutenir l’assainissement de l’environnement politique et contribuer à l’organisation d’élections libres, transparentes, inclusives et paisibles en 2015 comme l’a rappelé Magloire N’Dehi, Chef de Bureau Côte d’Ivoire de la Fondation : « La violence, sous quelque forme que ce soit, n’a pas de place en démocratie. Et comme Fondation Allemande nous pensons que la formation politique est une condition préalable à la saine participation politique et donc à la démocratie. En cela, l’Allemagne est un bel exemple qui pourrait inspirer la Côte d’Ivoire au regard de son expérience après la seconde guerre. »